Le fleuve Mekong · Thaïlande, Laos et Cambodge


COMME UNE ARTÈRE BOUCHÉE

Les moyens de subsistance et les cultures vivrières de 60 millions de personnes vivant dans le
bassin inférieur du Mékong sont intimement liés aux cycles naturels du fleuve. Grâce à une pêche
continentale parmi les plus diversifiées et productives du monde, le Mékong fournit environ 80%
des besoins en protéines des habitants du bassin versant. Pourtant, à l’heure actuelle cette belle
rivière, dynamique et pleine de vie est menacée.

Les Gouvernements de la région et divers intérêts étrangers projettent de construire des dizaines
de barrages hydroélectriques sur le Mékong et ses affluents. Le Laos, dans sa tentative de devenir
“la batterie de l’Asie du Sud», espère développer plus de 30 barrages sur les affluents du Mékong
et quatre grands ouvrages sur le bas Mékong, actuellement sans aménagements. Le Vietnam est en
train de construire de multiples barrages sur les affluents du Mékong. Le Cambodge a également
l’intention de construire des retenues sur le fleuve et ses affluents. Ces barrages, comme ceux
de Pak Mun (Thaïlande) et Theun Hinboun (Laos), risquent de condamner des centaines de milliers
de personnes à la faim et à la dénutrition en les privant de leurs moyens de subsistance, basés
sur la pêche.

Texte : Patrick McKully
Photographie : Franchesca Casciarri et Eirik Linder Aspelund / CALIAS PHOTO

Esta entrada fue publicada en Degradation des Ecosystemes et Famine. Guarda el enlace permanente.

Los comentarios están cerrados.